Barbarians of Lemuria

Dessin de Emmanuel Roudier, extrait du Livre de Base, édité chez Ludospherik

Du Muscle & des Nichons

Soyons clair, le Sword&Sorcery, c’est un savant mélange d’influences provenant de Conan, Elric, Throngar, Fafhrd et le Souricier Gris, etc, etc.
On y rencontre des barbares musclés, des sorciers dépravés, des guerriers maudits, des tombes oubliées, des filles légèrement vêtues et des voleurs sournois. Tous sont en général très stéréotypés, ce qui est le but avoué et recherché du genre.

J’étais à la recherche d’un JDR de ce type, probablement pour me rappeler mes premières années de maîtrise à Stormbringer dans les années 80 et GURPS Conan en tant que joueur dans les années 90. Après avoir regardé les divers jeux Conan, Savage Worlds assimilés S&S et consorts, je suis finalement tombé amoureux de Barbarians of Lemuria, qui rassemble l’essentiel : un système avec un peu de simulation, pas de « niveaux », beaucoup d’excellentes illustrations évocatrices et des scénarios à foison.

Je ne vais pas lancer dans une énième critique du jeu, tout est dit dans cet article à mon sens (en tout cas, il reflète 100% de ma pensée) : https://hu-mu.blogspot.com/2016/12/barbarians-of-lemuria.html

Le jeu est l’adaptation d’un jeu US du même nom (Simon Washbourne, Beyond Belief games), traduit une première fois par Kobayashi (Livre de l’Ours), puis reprit et augmenté par Ludospherik.

Barbarian’s Assist

Le système est suffisamment souple pour s’autoriser tout un tas de petits hacks, dont voici les miens :

  • Seuls les personnages possédant au moins 1 niveau dans une carrière de combattant peuvent acquérir les avantages liés au combat.
  • Les options de combat ne sont accessibles qu’aux personnages avec des carrières de combattants, avec 1 option de combat apprise par niveau dans le/les carrières de combattants (niveaux non cumulables. Exemple : niveau 1 dans plusieurs carrières de combattant = 1 seule option de combat).
  • L’aspect complètement ouvert de la sorcellerie est absolument génial, mais assez lourd à mettre en jeu dans la pratique, si l’on respecte sa totale dynamique. J’utilise donc le supplément fan-made sur la Sorcellerie. Loin de moi l’idée de proposer aux joueurs des listes de sorts, mais plutôt de fournir des modèles de sortilèges sur lesquels le joueur sorcier peut facilement apposer sa patte en les modifiant. Par contre, effectivement, un sorcier pratique les sorts qu’il connaît, il ne peut pas en inventer dynamiquement pendant la partie, mais peut s’en créer entre deux aventures.
  • Le jeu traite l’argent et la richesse d’une manière toute particulière, qui est tout à fait bienvenue et intelligente. Mais il manque à mon sens les monnaies du monde, de manière à donner de l’épaisseur aux liens économiques et à nommer les échanges, ainsi qu’une notion de la « richesse » actuelle du personnage, avec le principe de Bougette dans le supplément Gold & Glory.

Virtual Barbarian

Comme j’utilise l’outil FoundryVTT pour m’assister sur mes parties en ligne et sur table, avec l’aide de Zigmund, nous avons développé un système Barbarians of Lemuria pour cet outil, disponible dans l’installateur officiel de systèmes intégrés à Foundry.

Barbarians of Lemuria sous FoundryVTT

Plus d’informations sur ce système sur le Discord FR de Foundry.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.