Burnout, test et opinion

Après quelques mois d’attente, voici le colis attendu dans la boite au lettres du 19 mars 2018. Ni une, ni deux, mon fils et moi nous attelons a tester le bestiau le lendemain 🙂

Vue d’ensemble

Après une lecture des règles, nous décidons de démarrer une campagne en 5 scénarios, sans les règles urbaines, mais en utilisant les décors de la boite. La campagne verra s’opposer l’ISC (mon fisl, 200 points) et le Matriarcat (bibi, 200 points également). On fera les 5 premiers scénarios dans l’ordre, de 1 à 5, histoire de respecter la mentalité un peu raide des 2 factions en jeu.

Contrairement à ce qui est dit dans l’introduction des règles, la mise en place n’est pas spécialement plus rapide que pour une partie d »Eden « normale », en tout cas pour des joueurs avec un peu de bouteille.

L’ISC en ordre de bataille

Après lecture du scénario et rappel des points concernant la fouille, on démarre la partie : les deux factions démarrent à 100 points en jeu, on n’a donc pas appliqué les artefacts et les PV de départ en cas de différence de points – pour l’instant. Dans ce premier scénario, on doit récupérer du matos (3 marqueurs) et servir de « mule ». Chaque personnage peut ainsi ramasser un marqueur et le porter : lors de l’intendance il marque alors 10 PV, avec la possibilité de faire un petit banco si vous sortez du plateau par le côté adverse. Cet objectif commun est à mon avis le gros point fort de la variante Burnout : les cartes missions séparées dans Eden m’ont toujours parues un peu aléatoire et potentiellement extrêmement déséquilibrées. A noter que des missions secondaires personnelles sont aussi à tirer lors de la mise en place.

 

Le Matriarcat, avant de se faire démater

En cours de jeu, en plus de la stratégie du scénario, la fouille des caisses ajoute un plus certain (récupération de matos, de PV et de Kaps,  la monnaie d’Eden), c’est assez agréable. Les objets trouvés apportent des aides potentielles – ou pas.

Sur ce premier scénario, le Matriarcat s’est fait joliment poutré : 135 PV pour l’ISC contre 80 pour le Matriarcat, le tout en 5 tours, comme prévu.

Au final, un premier bilan :

  • L’objectif commun scénarisé est un vrai plus, qui apporte une vraie compétition entre les joueurs.
  • Je suis plus mesuré sur les cartes d’objectifs secondaires : elles me semblent à nouveau très aléatoires, et avec des PV potentiels élevés. On retombe un peu dans le travers des cartes missions à mon sens. Cela dit, dans ce premier test, aucune des 2 missions secondaires n’a pu être réalisée.
  • Les décors en 3D de bâtiments rendent beaucoup mieux que je pensais, c’est impeccable.
  • Les décors en 2D à poser au sol … bof. J’aurais préféré uniquement des décors 3D, mais moins.
  • Le mode campagne, avec la gestion des blessés et les options d’achat et d’expérience associé nous paraissent ajouter une vraie autre dimension au jeu, mais à confirmer.

La suite et mise à jour lors du second scénario, mais ce stade, l’achat en valait la chandelle !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.